C’est une maison bleue …

Posted by admin on juin 7, 2010 in Tour du monde |

Des maisons bleues !

Des maisons bleues !

Nous avions déjà utilisé le terme de maison bleue (accrochée à la colline) pour San Francisco, mais ici ce sont des milliers de maisons bleues qui constituent Jodhpur, la bien-nommée cité bleue du Rajhastan ! Et c’est par la belle nuit du 1er juin que nous arrivons à 22h dans cette grosse cité de 900 000 habitants. Etant donné l’heure tardive, nous avions réservé un hôtel depuis Jaisalmer et un “free pickup” (ils viennent nous chercher gratuitement) dans le but d’éviter les assauts répétés des conducteurs d’auto-rickshaw (quoique, malgré les mises en garde du guide, personne n’est venu nous demander quoi que ce soit à la sortie du train). Bref, un chauffeur nous attend à la sortie de la gare avec un petit panneau portant le nom de Bastien. Nous nous faisons connaître et le suivons jusqu’à son engin. Tiens ! Ici les touc-toucs sont beaucoup plus spacieux et … kitsch (des autocollants, des barres ouvragées, des klaxons musicaux, etc.). On se laisse porter dans un dédale de ruelles cabossées, secoués de toute part, et arrivons dans la cour de notre nouvel hôtel, le Krishna Prakash Heritage Haveli : c’est immense ! Nous visitons quelques chambres (dont la Suite qu’on nous propose à moitié prix ! Mais bon, 2 chambres et une baignoire de la taille d’une piscine ne nous servent à rien …). On choisit, on pose nos bagages, on file au restaurant sur le toit terrasse avant sa fermeture (et depuis lequel on essaie de deviner l’énorme château fort non éclairé qui surplombe la ville) et enfin on dort.

Un garde dans le fort

Un garde dans le fort

2 juin : on se réveille tranquillement et prenons notre temps avant de daigner se bouger jusqu’au restaurant pour le p’tit déj. Il faut avouer que ce matin on n’est pas bien violents, les heures défilant. Vu qu’à midi il fait trop chaud pour visiter, on attend patiemment les heures fraîches en déjeunant dans notre chambre, au frais. Et enfin on se décide à sortir en milieu d’après-midi pour gagner le château-fort qui se trouve juste au-dessus, posé sur une falaise d’au moins 300 mètres ! On trouve un auto-rickshaw qui nous mène sur la petite route qui serpente jusqu’aux portes du fort : la bâtisse est immense ! Ca nous donne un bon point de vue de la ville qui nous entoure. Une vieille fortification encercle la ville. Au loin sur notre gauche on aperçoit Jaswant Thada, un énorme mausolée de marbre blanc. Face à nous, à l’autre bout de la ville, se tient le nouveau palais du maharadja : Umaid Bhawan Palace ; gigantissime est le meilleur qualificatif, avec sa tour centrale et les espèces de 4 minarets qui l’entourent. Mais que ceci ne nous empêche pas d’entamer la visite du fort qui se tient devant nous, ni de lever la tête pour admirer ses hauteurs. Nous parcourons plusieurs dizaines de pièces, les remparts abritant des canons, les cours, les couloirs, etc. Tout est finement décoré ou ciselé directement dans la pierre. Bref ! A voir en photo pour oser imaginer ce que peut être Mehrangarh ! A un moment donné un jeune homme nous demande de poser avec lui pour une photo. C’est la 2nde fois que ça nous arrive. Nous acceptons et il se place entre nous, le temps que son ami prenne le cliché. Une fois l’image en boîte, il nous remercie et court tout content raconter (on suppose) qu’il a une photo de lui avec des eurasiens. La première fois, c’était à Mumbai, près de la Gateway of India, où une petite fille nous avait fait la même demande. Un peu plus tard c’est une maman qui demande à Elodie de prendre une photo de son fils en pleurs, afin de le calmer. La visite terminée nous cherchons un touc-touc et ô joie il y en a tout un groupe attendant les touristes … “Combien pour descendre en ville ? - 150 roupies !”Ah tiens, y a marqué pigeon sur nos fronts … Quand on pense que la montée ne nous a coûté que 50 … Après discussion et alors que nous étions prêts à utiliser nos pattes, nous avons eu gain de cause. Encore une victoire de canard WC - oups - des français ! Ensuite retour à l’hôtel avant de ressortir en ville à la recherche d’un petit resto végétarien recommandé par le guide. Pour l’occasion nous avons revêtu nos habits traditionnels. On trouve l’endroit assez rapidement et on s’installe sur le plus haut point de la terrasse, profitant du petit vent qui se lève. Au menu : Paneer Buhji (sauté de fromage et coriandre) et Paneer Tikka Masala (fromage mariné dans une sauce tomate/oignon/poivron) ; un régal ! Et les serveurs particulièrement agréables et plein d’humour. En fond sonore on a droit à la prière des mosquées environnantes. Alors que nous mangeons, on observe un épais voile marron s’élever au-dessus de la ville : une tempête de sable est en approche ! Le temps de discuter avec le patron sur son pays et plus particulièrement sa ville, et nous sommes directement retournés nous abriter dans notre chambre d’hôtel, les premiers grains de sable commençant à flotter dans l’air.

Une partie de la forteresse

Une partie de la forteresse

Le 3 juin est placé sous le signe du shopping ! Nous nous levons tôt pour le petit déjeuner et préparer nos sacs. En effet, le check-out est à 10h et le patron a refusé que nous conservions la chambre l’après-midi à moindre prix. Du coup, une fois à l’extérieur, on se dirige chez son voisin beaucoup plus modeste mais qui nous offre pour une modique somme une chambre avec salle de bain. On pose nos affaires et on pourra y revenir pour s’abriter de la chaleur. Notre train ne part pas avant 19h30, ça nous fait de la marge. Nous profitons de la matinée pour traîner dans le bazaar qui entoure la Clock Tower, un genre de Big Ben en tout petit. On cherche tout et rien : de la vaisselle en cuivre, des bijoux, des vêtements, des statues, etc. On rentre dans quelques boutiques où certains vendeurs tentent de nous bloquer la sortie sans qu’on ait acheté quoique ce soit. Mais avec persuasion, on s’en tire toujours ! On en profite pour acheter des bananes et en offrir une à une petite fille rachitique. Puis on finit par dégoter de mignonnes petites boîtes en bois, en face d’un vendeur d’échafaudages (en bambou si vous avez suivi et retenu nos aventures) : des piliers, des plateformes, des tiges de toutes les longueurs ; tout ce qu’il faut pour construire la maison bleue ! Alors que nous déambulons dans les ruelles de Jodhpur habillés en vêtements traditionnels, un groupe de 3 jeunes adolescentes abordent Elodie pour la complimenter sur son Sari. Puis elles posent les questions suivantes : “C’est ton mari? un mariage d’amour ?” tout en me désignant. Elodie répond par l’affirmative ce qui semble les ravir ! En Inde les mariages sont arrangés et on ne parle pas forcément d’amour dans le couple … (et depuis le début de l’aventure, on dit qu’on est mariés quand où nous pose (très souvent) la question…on passerait pour des dévergondés sinon) Pour la pause déjeuner on s’installe - non, pas sur un toit terrasse - dans le petit jardin ombragé d’un restaurant repéré la veille. Au menu une composition de fromage, tomates, oignons, poivrons dans une sauce rouge d’épices : très bon choix ! Le tout accompagné d’un Jeera Rice (au cumin). Il est bien dur de se lever après tout ce que nous avons ingurgité ! Le temps de digérer un peu et nous décidons d’aller dans un cybercafé à la recherche d’une sacro-sainte connexion internet (et le monde s’ouvre à vous …) : on se préoccupe de notre retour en France via l’Angleterre ; quelques e-mails ; et publication d’articles sur le blog. Nous décidons enfin de profiter de la petite chambre en attendant l’heure approchante du train. Alors que nous patientions sagement, des bruits bizarres se font entendre derrière les volets … La pluie ! On avait oublié ce que c’était ! A priori il s’agit de la traîne de la tornade provenant de l’océan indien et qui est passée dans le Gujarat. Nous profitons de l’occasion pour monter sur le toit-terrasse afin de goûter à la fraîcheur amenée. Et nous ne sommes pas les seuls ! Tout le monde semble s’être donné rendez-vous sur les toits ! Les enfants s’en donnent à coeur joie, courant torse-nu sous les gouttes d’eau bienfaitrices. La ville prend une couleur magnifique avec une palette de bleus incroyables. Alors que nous observons tout ce petit monde, notre réveil nous rappelle la suite du programme : on regagne la chambre, on attrape les sacs, on descend dans la rue, on négocie un touc-touc et hop la gare ! On achète des chips au cas où et nous grimpons dans notre wagon. Notre prochaine destination est Agra (son fort et le Taj Mahal). Mais avec les histoires de réservation de train, nous allons le faire en 2 étapes : un premier train nous mène à Delhi pendant la nuit (11h de trajet), on change de gare et on reprend un train pour Agra (5h …). Bref, nous nous installons dans notre wagon lit et le train part. Pendant le trajet, plusieurs employés de la compagnie ferroviaire nous rendent visite : distribution des oreillers, draps et couvertures ; vente du chaï (le thé sucré au lait) ; également bouteilles d’eau et autres sodas sont à vendre ; etc. Mais le clou du spectacle est la version indienne du sandwich SNCF que Bastien a testé pour vous. Un homme passe avec des boîtes en carton style boîte à chaussures. Au choix : végétarien ou non végétarien à 50 roupies (environ 1 €) l’unité. C’est parti pour la première version. Sur le dessus on trouve un joli dessin d’un train, on croirait un cadeau renfermant une petite loco avec ses rails … A l’intérieur, un classique de la nourriture végétarienne : Chapati (leur pain), Dal (lentilles), un curry (mélange de légumes aux épices), riz blanc et une galette caoutchouteuse. Ce n’est pas mirobolant, mais le rapport qualité/prix est imbattable ! A quand un panier repas digne de ce nom à la SNCF ??? Une fois le diner englouti, nous préparons nos couches et sombrons dans un profond sommeil bercé par le roulis du train. Demain nous arrivons à Agra ! Mais ceci est une autre histoire …

Main dans la main

Main dans la main

Avant de clôturer cet article, nous souhaitions émettre une liste non-exhaustive de petits trucs récurrents que nous observons dans la vie et la culture indienne. Bienvenue ailleurs :
- Ne faites pas non de la tête car ici ils ont un signe très proche qui veut dire tout à la fois : “oui”, “peut-être”, “je ne sais pas”, “mouais”, “ah bon ?”, “bof”, “sans doute”, etc. En fait ils opèrent une rotation latérale de la tête qui fait penser au petit chien en plastique sur les banquettes arrières des voitures. Et ils confondent notre geste avec le leur. On a du mal à ne pas rigoler quand ils le font !
- Les indiens sont des êtres nocturnes sans doute pour échapper à la chaleur diurne. Autant on les trouve amorphes la journée, le soir c’est tout autre chose. Les rues s’animent de plus belle, il y a du monde partout !
- La culture indienne repose sur l’homme, la femme étant reléguée on ne sait où … Du coup lorsqu’un inconnu nous aborde, il parle toujours à Bastien. Si Elodie répond, le premier coup ils ont l’air surpris. Une fois elle discutait avec un homme et il a voulu savoir son métier. Il s’est alors adressé à Bastien pour obtenir son information… Très étrange mais on s’y fait.
- En parlant des femmes, on en croise très très peu dans la rue. On a l’impression qu’il y a 95% d’hommes dans ce pays (ce qui n’est pas vrai bien sûr). Elles sont pour la plupart cloîtrées chez elle ou dans les champs. Ce qui a comme conséquence qu’on ne voit aucune femme travailler (parmi les rares croisées). Dans les échoppes les hommes vendent, cousent, servent, balaient, lavent, discutent, portent, etc.
- Les villes sont sales … Vraiment ! Il n’est pas rare de croiser un rat à côté des plus attendus vaches, chiens errants, porcs, chameaux et éléphants. Les égouts sont à ciel ouvert dans de petites rigoles quand ce n’est pas la rue elle-même qui est le déversoir. Et que dire des morceaux de papier, de plastique ou des gravats jonchant chaque ruelle (mais aucun crotte de chien ni même un mégot).
- Les indiens sont fans de Cricket et ça se voit ! Sans doute le plus important héritage anglais, ils y jouent partout et à n’importe quel âge et par n’importe quel temps ! Ils ont tous une batte - même de fortune - et une balle.
- On peut reconnaître chez les indiens leur hospitalité et leur gentillesse. Entrez dans une boutique ou dans une maison et on vous offre une boisson (la plupart du temps du chaï). Il est commun de retirer ses chaussures avant d’entrer. Et si vous souhaitez un renseignement, ils vous répondront sans souci et avec plaisir (Même les rabatteurs ne peuvent s’empêcher de répondre ! Pour baisser le prix de la course, demandez si c’est la basse saison touristique. Si tel est le cas il vous répondra par l’affirmative en toute franchise et vous pourrez vous en servir comme argument. Finalement quelle honnêteté derrière le marchandage). Et n’hésitez pas à le leur dire, si vous aimez leur pays. Ils en seront plus que ravi et afficheront un beau sourire (qui n’est pas toujours facile à avoir … Ils font souvent la gueule même s’ils sont contents … On a du mal encore à comprendre ce trait de leur culture).
- Si vous souhaitez vous fondre dans la masse : vous n’y arriverez pas ! La couleur de peau ne joue pas en votre faveur ! Ceci dit après expérience, les indiens apprécient réellement qu’un étranger s’habille suivant les modes locales (et en respectant les interdits religieux : pas d’épaules ou jambes découvertes et vêtements pas trop près du corps). Nous avons constaté que les rabatteurs se tenaient plus à l’écart, du moins ne faisaient pas tout leur baratin. Mieux encore nous avons eu beaucoup de compliments sur nos tenues et quelques conseils pour les améliorer. Ce fût souvent leur excuse pour entamer une discussion généraliste sur leur pays et le tourisme.
- Les enfants accourent souvent à notre passage. Certains tendent la main espérant de l’argent. D’autres réclament à manger ou un stylo. Mais la plupart lancent juste un “hello !” et sont tout contents quand on leur répond. Plus curieusement certains essaient de nous effleurer un bras ou bien une main. Est-ce porte bonheur de toucher une peau claire ?
- La télé … Quand on regarde les chaînes indiennes on se croirait dans le monde occidental avec des présentateurs s’éclaircissant la peau pour se rapprocher des eurasiens (chez nous, on nous rabat les oreilles avec les autobronzants, eux ils ont des crèmes l’Oréal qui rendent la peau plus pâle…), portant des costumes impeccables. Les femmes portent jupe et top sans complexe. Les images ne montrent que des endroits propres, aseptisés. Quel décalage avec l’extérieur !
- Le rapport amical entre les hommes est différent de nos contrées. Il est fréquent de croiser des hommes main dans la main, ou un bras autour des épaules ou de la taille. Cela marque l’affection qu’ils ont l’un pour l’autre. Ca créé des scènes amusantes pour nos yeux bretons ; par exemple à Mumbai nous avons croisé deux grands et bien costauds militaires en treillis, surveillant la place, marcher au pas main dans la main !
- L’électricité n’est pas à la pointe dans ce beau pays … Il faut savoir vivre avec les coupures fréquentes de courant. Ce qui peut être gênant quand il fait horriblement chaud et que la clim ne marche plus pendant une longue heure … Heureusement les bons hôtels (les plus chers) sont équipés de générateurs (qui fonctionnent plus ou moins bien … Laissant le choix suivant : soit la clim, soit la lumière et le ventilateur). A noter aussi que chaque chambre d’hôtel possède un interrupteur situé à l’extérieur : très sympa quand le proprio suppose qu’on est absents et nous coupe tout …
- Niveau hygiène, nous avons remarqué que les indiens qui boivent à la bouteille d’eau ont développé une technique 100% sûre question bactéries. Ils arrivent à faire couler l’eau sans toucher le goulot avec leurs lèvres ! On a essayé … Ben on est tout trempés !

1 Comment

Iiberator
juin 7, 2010 at 15:37

Super histoire… on s’y croirait…
Etonnante la photo du garde du fort… on dirait un SIMS dans une maison de SIMS… Irréelle !

Excellente aussi la photo des 2 péd…euh… militaires main dans la main. Je savais que c’était courant entre hommes en Inde… mais des militaires… Hahahahaha

Merci pour vos récits… Bon courage et à bientôt,
Reg


 

Reply

Copyright © 2019 (wa)wash ‘n blog All rights reserved. Theme by Laptop Geek.