3

Khajuraho la tranquille

Posted by admin on juin 10, 2010 in Tour du monde

Temple hindou

Temple hindou

Nous en étions à la nuit du 6 juin lors de laquelle nous attendions notre train en gare d’Agra. Les quais sont bondés mais heureusement il ne fait pas trop chaud. Nous posons nos sacs sur la plateforme 1 à côté de familles indiennes et nous nous asseyons dessus dans l’attente de notre train qui arrive vers 00h20. Nous observons les vendeurs ambulants qui - entre chaque train - chiquent et jouent à un jeu de cartes dont nous ne comprenons guère le fonctionnement. Un type patibulaire essaie de discuter avec nous, mais ses nombreuses questions nous rendent suspicieux et nous coupons court à la conversation. Un peu plus tard c’est une indienne qui viendra taper la causette, attendant elle aussi son train.Enfin les petits panneaux à leds indiquent les numéros des wagons, ce qui nous permet de nous préparer. En général nos rames sont en tête de train et nous nous dirigeons tout naturellement dans cette direction. Ah mince ! Pas de voiture B2 … Le train entre enfin en gare mais on ne sait toujours pas dans quel wagon grimper et nous n’avons que 5 minutes. Pris de panique on demande au premier bonhomme ressemblant à un officiel : notre voiture est à l’autre bout ! S’ensuit alors une course effrénée, chargés de nos gros sacs à dos et des petits en frontal. C’est le souffle coupé que nous montons à bord du train et bien heureux qu’il ne soit pas parti entre temps ! Bon maintenant nos places : nous avons réservé cette fois-ci en “AC3 tier” ; comprenez un long couloir qui traverse des box de 2×3 couchettes d’un côté et de 2 le long des fenêtres. L’espace est déjà bien encombré par les 5 sacs d’une famille et nous avons du mal à fixer nos propres bagages avec les chaînes (et on transpire à grosses gouttes après le petit footing, lestés de quelques 20 kg chacun). Finalement on pose les sacs en plein milieu (mais on les attache quand même ! Pendant la nuit un gars tentera des les déplacer mais en vain : très bien !). Nous montons sur les couchettes supérieures, à quelques centimètres du plafond et plongeons dans un profond sommeil (du moins pour Elodie, et un oeil ouvert sur les sacs pour Bastien). C’est parti pour un petit trajet de 7h30 !

Une statue ... à tête de vache

Une statue ... à tête de vache

Khajuraho est une ville d’à peine 20000 habitants qui tend à développer son tourisme grâce à la gare ferroviaire fraîchement construite. Il parait qu’avant c’était un parcours du combattant pour atteindre ce bled perdu au milieu de la campagne du nord du Madhya Pradesh. Il fallait user d’ingéniosité en utilisant train et bus. Mais pourquoi souhaiter se perdre ici, à Khajuraho ? Tout simplement parce que la ville fût longtemps une cité oubliée, laissant la jungle peu à peu gagner les nombreux temples qu’elle abrite (85 à l’origine, plus que 25 aujourd’hui). Elle fût ainsi protégé des invasions Mughal et de leur destruction systématique des symboles hindou dont les fameuses statues du Kama Sutra qui ornent ici quelques édifices religieux. La ville fût redécouverte par un anglais pendant la colonisation et depuis elle a repris vie et propose la visite de temples très bien conservés ! En ce qui nous concerne, c’est à 8h sonnantes (le 7 juin) que nous arrivons en gare (flambant neuve) de Khajuraho. Evidemment le cortège de conducteurs de touc-touc est déjà présent. Ceci dit ils ont l’originalité de nous proposer à prix d’or le partage de l’engin avec d’autres voyageurs. Cela ne nous dérange pas outre mesure, mais nous arrivons à marchander un prix inférieur pour un auto-rickshaw rien que pour nous ! Pourquoi s’en priver avec nos énormes sacs ? Direction l’hôtel ! Sept kilomètres plus loin (la gare a été construite bien à l’extérieur), nous pénétrons dans l’enceinte de cette petite bourgade toute calme et quasi-propre. Nous descendons (avec nos bagages, malgré l’insistance du conducteur qui souhaite qu’on visite l’hôtel d’un ami) et prenons possession de notre magnifique chambre. Bien qu’elle ne soit pas exceptionnelle d’un point de vue déco, elle est spacieuse et surtout elle offre une immense baie vitrée qui donne sur un petit balcon qui lui-même propose une vue magnifique et directe sur les temples principaux de la ville ! Dans un écrin de verdure propret, protégés par un haut mur s’élèvent une dizaine de ces édifices finement ciselés. Mais la visite est prévue pour le lendemain matin, à la fraiche. En attendant nos ventres s’intéressent à la carte du petit-déjeuner. Nos panses remplies, nous décidons de faire le tour du patelin et des différentes boutiques avant les heures les plus chaudes (quoique l’air est plus frais ici, on doit être en-dessous des 40°C et ça fait du bien). Juste à côté de l’hôtel il y a une petite place où des magasins se tiennent les uns à côté des autres. A notre approche chaque marchand, occupé à bavarder avec les copains, se lève prestement et nous propose de visiter sa boutique avec insistance. On a prévu une matinée shopping, on ne les contrarie donc pas (sont pas habitués à ce que les touristes leur disent oui avec tant de facilité, ils sont tout perturbés, c’est rigolo) Nous entamons donc notre marathon ! Et Bastien va passer maître dans l’art du marchandage ! “1200 roupies ça ??? Mouais … J’dirais pas plus de 700 … - 1000 ? - Non 700 ! - 800 ? - Non 700 … - 750 ? - Non, au revoir ! - … OK pour 700 !”. Bref, les bras chargés de babioles et autres souvenirs, nous décidons de tester le “Swiss Café” (qui n’a de Suisse que son nom) pour le déjeuner : pas terrible du tout malgré qu’il soit recommandé par le guide ! Depuis que nous avons quitté le Rajhastan la nourriture s’est vraiment dégradée … L’après-midi nous nous enfermons dans la chambre pour échapper à la chaleur humide, la mousson approchant (elle a atteint Mumbai nous dit-on). Pour la soirée, après un petit tour shopping et internet, nous décidons de dîner dans le restaurant de l’autre côté de l’hôtel cette fois-ci. Mais vu qu’on a été échaudés par la nourriture indienne, on décide de se rabattre sur une spécialité italienne : des pâtes à la tomate. Pas compliqué. Nous nous installons donc au Blue Sky Restaurant qui, outre un toit terrasse, a installé une plateforme au sommet de l’arbre trônant devant sa vitrine. On ne sait pas si c’est aux normes, ça balance un peu mais ce fût une expérience marrante avec une vue magnifique du groupe de temples devant nous. Quant aux spaghettis … Hum … Pour résumer ce furent les pires de l’histoire de l’humanité ! A en faire retourner tous les italiens dans leur tombe ! Un goût immonde (cuites dans l’eau des égouts peut-être ?) avec un vieux ketchup en guise de sauce tomate … Où sont les bons petits plats que nous mangions ? Il ne reste plus qu’à se coucher en espérant une digestion pas trop capricieuse …

Bastien dans le train couchettes

Bastien dans le train couchettes

9 juin nous nous levons tôt pour profiter de la fraîcheur relative et visiter le groupe de temples face à notre hôtel. Les billets achetés nous passons le portique de sécurité et nous nous retrouvons enfin dans le petit jardin très bien entretenu où serpente un petit chemin qui mène aux différents édifices. Et devinez quoi ? Les photos parleront pour nous ! Les temples reposent sur une stalle et ils ressemblent à des pains de sucre. Ils sont entièrement sculptés et parés de statues mises en scène : guerre et combats, éléphants, occupation religieuse, kama-sutra, etc. La plupart abrite en leur sein un promontoire pour les danseurs et un sanctuaire dans lequel on trouve une statue de la divinité principale à laquelle est dédié le temple (par exemple Shiva). Une chose est sûre, cette ville est un petit paradis ! Pas trop bruyante, relativement propre et même la chaleur se fait relativement discrète ! La balade terminée nous décidons de prendre notre petit déjeuner dans le resto “suisse” de la veille. Bastien teste le pancake mais constate rapidement que de petits insectes ont grillé avec la crêpe … Décidément ! Repus nous rendons visite à un vendeur de la veille qui semble nous avoir refilé un bijou en toc. Après discussion nous trouvons un arrangement. Pour le déjeuner, nous décidons de tenter le restaurant de notre propre hôtel, certes plus cher, mais qui s’avère être un excellent choix ! Enfin un vrai goût d’Inde (et pas de dinde, on continue notre régime végétarien). C’est heureux, rassasiés et la peau du ventre bien tendue, que nous nous abritons du soleil en ce début d’après-midi. Le reste de la journée, nous écumons deux des emporiums de la ville : des immenses maisons (manoirs ?) transformés en boutiques géantes où on trouve tout ce que le touriste lambda peut espérer acheter (statues en bois et bronze, tissus et vêtements, bijoux, meubles ,etc.). Bien sûr les prix sont gonflés à bloc et nous ne faisons que jeter un oeil (contrairement au car rempli de touristes qu’on croise en partant qui va sans doute dévaliser le magasin). De retour à l’hôtel, la nuit approchant, nous nous installons sur le toit-terrasse qui fait également office de restaurant, et nous nous délectons une nouvelle fois de la nourriture excellente de l’établissement. Puis nous faisons nos bagages et prenons place dans l’auto-rickshaw qui traverse dans la nuit les 7km de campagne qui nous séparent de la gare. Nous montons dans le train qui part à 23h pour Varanasi. Mais ceci est une autre histoire …

Copyright © 2019 (wa)wash ‘n blog All rights reserved. Theme by Laptop Geek.