1

Central Otago

Posted by admin on nov 29, 2009 in Tour du monde

Voir les photos de Central Otago.

Puzzling World24 Novembre : nous traversons les Alpes version néo-zélandaise. Imaginez une forêt tropicale dense poussant sur des versants abrupts de plusieurs centaines de mètres, et des lacs à la couleur bleu turquoise en contrebas. Bienvenue à Wanaka, première ville du Central Otago. Nous avançons dans cette nouvelle région sous un soleil estival, les fenêtres grandes ouvertes laissant s’engouffrer les chaud rayons d’un mois de juin européen (mais ici c’est novembre !). Le premier arrêt de la journée est dédié au divertissement ! Nous pénétrons dans le Puzzling World qui est composé de 2 parties. Tout d’abord nous attaquons un labyrinthe géant fabriqué en palissades de bois. Une heure pour trouver la sortie ! Ensuite nous pénétrons dans le sanctuaire de l’illusion optique … La visite débute par des cadres photos en 3D (hologrammes). Ensuite c’est une salle de visages sculptés “à l’envers” qui nous attend : quelques secondes pour que nos yeux s’habituent et les visages prennent vie et nous suivent du regard ! La visite continue par un appartement un peu particulier, puisque celui-ci est penché, ne laissant aucun repère à notre cerveau. Du coup quel étonnement de voir de l’eau s’écouler vers le haut ou encore une boule de billard remonter la pente ! Enfin la dernière salle présente un jeu d’illusion (utilisé dans le SDA) où selon l’endroit où l’on se trouve dans la pièce on paraît un géant ou un minable nabot … Les photos seront plus parlantes ;)

PoolburnLa visite terminée, les sandwichs engouffrés et armés de nos guides, nous partons pour Alexandra, la ville voisine. Le but est de trouver un lieu où le film le SDA a été tourné. Loin de nous l’envie de passer pour des fanatiques mais il faut avouer que suivre les traces du tournage nous permet de quitter les sentiers touristiques et gagner des paysages extraordinaires où peu de gens s’aventurent ! C’est ainsi que par cet après-midi où le thermomètre grimpe en flèche, nous nous gagnons la pleine pampa kiwi ! Trois bons quarts d’heure sur une piste de safari, le van s’ébranlant en tous sens. Nous traversons une lande d’herbes jaunes où émergent de la roche noire. Parfois des bouquets de thym nous regardent passer de leurs fleurs violettes quand ce ne sont pas les troupeaux de moutons avec leurs agneaux nouvellement arrivés sur notre bonne vieille planète. Bref un long chemin chaotique mais ô combien poétique, dans le but d’arriver à Poolburn Dam ! Réservoir d’eau perdu dans les hauteurs où naquit le village des Rohirrim envahi par les orcs dans le film le SDA. Aujourd’hui il a retrouvé son modernisme … Trois vieilles cabanes de pêcheur perdues au milieu de nul part. Aucun fil électrique ne semble arriver dans ce magnifique trou perdu où seul une petit vent vient briser le silence. Trois quarts d’heure dans l’autre sens et nous reprenons la route pour Alexandra où nous passons la nuit.

ArrowtownPour ne pas déroger à la règle, après une journée d’un temps magnifique, c’est une fine pluie qui nous accueille pour cette nouvelle journée du 25 novembre. Nous entamons la route vers le sud du pays. Au passage nous nous arrêtons au dessus d’un bout de la rivière Anduin (voir le SDA) et pouvons contempler des fous furieux tentant le saut à l’élastique depuis le pont surplombant la dite rivière. Ensuite nous nous arrêtons à Arrowtown, petit village au long passé de mineurs à la recherche d’or. Il a su garder un petit charme tout anglais. Même le soleil est de la partie, nous réchauffant de ses doux rayons. Arrowtown abrite également une scène du SDA (les Nazgûl à la poursuite d’Arwen franchissant un cours d’eau). Repus du calme de ce mignon petit village nous reprenons la route. Nous croisons Queenstown, ville des sportifs de l’extrême et nous cherchons le Deer Heights Park. Bien que ce fameux parc soit maintenant fermé au public (nous l’apprendrons plus tard), nous évoluons dans les quartiers huppés de Kelvin Heights, colline plongeant dans un lac, face à Queenstown. Moralité, quand ils veulent, les kiwi savent faire de magnifiques demeures ! Tournant en rond et ne trouvant pas l’entrée du parc, nous décidons de partir. On ne peut qu’admirer de loin les collines du parc qui a abrité le tournage du SDA (attaque des Wargs) et de “X-Men: The Origins”.

La séparation de la communauté de l'anneauNous roulons depuis un petit moment quand les éléments se déchainent : vent, pluie et un froid glacial. Nous hésitions à faire un détour pour un autre lieu du SDA, le mauvais temps nous pousse dans cette direction. Du coup nous voilà partis pour 80 kms de gravel road aller-retour ! Chemin au bout duquel nous attend un magnifique lac et une forêt toute aussi belle. Un petit air de Dordogne au fin fond de la campagne néo-zélandaise. En attendant que la pluie passe, après quelques photos des lieux du tournage (lisière de la forêt de Fangorn, séparation de la communauté où Sam passe près de la noyade et feu de joie à base d’Orcs), nous nous faisons une petite tisane pour nous donner du courage. Notre périple n’est pas fini, nous devons gagner Te Anau dans la soirée, porte d’entrée de la région du Fiordland. Mais ceci est une autre histoire …

 
0

La West Coast

Posted by admin on nov 26, 2009 in Tour du monde

Voir les photos de la West Coast.

Pancakes Rocks22 novembre : après une halte au coeur de la montagne luxuriante, à Muchinson, nous gagnons la côte ouest par la ville de West Port sous un soleil magnifique de début d’été. Nous commençons par une balade à pied sur la côte où nous croisons une colonie de phoques à fourrure. Puis nous reprenons la route vers Greymouth en faisant une halte aux Pancakes Rocks: formation rocheuse fouettée par la mer qui donne l’impression qu’on a déposé successivement des centaines de couches de roches les unes sur les autres, comme une assiette remplie de crêpes. Arrivés à notre destination, nous nous dégotons un petit camping qui ne paie pas de mine aux bords de l’océan mais qui s’avère être une très bonne affaire ! (emplacement agréable, pas cher, douche gratuite : un luxe dans ce pays !).

23 novembre : nous allons visiter le petit centre ville de Greymouth et ses différentes boutiques de Jade. C’est une spécialité du coin et on trouve un peu partout des pendentifs, bagues et autres créations de ce précieux caillou. Ensuite on sort de la ville pour pénétrer dans Shantytown, un village de chercheurs d’or entièrement reconstitué en version XVIIIème siècle. Car c’est la 2nde attraction de la région : l’or et son long passé où les chercheurs de pépites affluaient du monde entier ! On se croirait un temps revenus sur la côte ouest des USA si ce n’est la végétation luxuriante (mélange de feuillus et de palmiers) qui nous rappelle que nous sommes sur une (grande) île.

Attention traversée de pingouins !Décision prise de laisser tomber Blenheim vu le peu de nouvelles reçues (c’est à dire aucune), nous traçons la longue route solitaire de la côte ouest qui longe les Alpes du sud. Une pluie battante nous accompagnera toute la journée à travers la jungle qui s’est installée dans le sud de la côte ouest. Avec plus de 5m de précipitations par an, la végétation a de quoi faire ici ! Du coup les glaciers de Franz Josef et Fox qui paraît-il “tombent” dans la forêt tropicale ne nous seront pas visibles du fait de ces nuages qui descendent très bas dans les terres. De même les dauphins Hectors et la colonie de manchots de respectivement Knights point et Chip creek ne se montreront pas (et nous ne nous attarderons pas à les chercher à cause des sand flies qui se font une joie du mauvais temps !). Pour résumer on a roulé toute l’après-midi jusqu’à Haast, dernière ville de la West Coast et dernier arrêt avant d’attaquer la route du col d’Haast qui permet de traverser les Alpes du sud vers la région plus chaleureuse d’Otago !

Suite de nos aventures prochainement …

 
0

Marlborough - le nord de l’île du sud

Posted by admin on nov 24, 2009 in Tour du monde

Voir les photos de Marlborough.

Marlborough SoundsAprès quelques jours d’absence, voici le retour de nos aventures, résumées sur ce modeste site internet. Aux dernières nouvelles nous nous trouvions à Spring Creek à la recherche d’un travail. Quelques jours avant de changer d’île, nous avions reçu un coup de fil pour du boulot dans ce coin là. C’est donc confiants que nous nous sommes établis aux abords de la ville de Blenheim - capitale du vin en NZ - dans le village de Spring Creek, dans la région de Marlborough. Suite de notre récit …

Mauvais temps, mauvaise foi, pas d’bol, etc. Il est clair que du boulot, y en a pas des masses ! Installés dans notre camping de Spring Creek depuis le 15 novembre, nous passons nos journées à démarcher les employeurs potentiels. Mais il n’y a rien pour le moment. On arrive au creux de la vague. Pour occuper nos longues journées, on essaie de trouver des distractions. C’est ainsi qu’on se retrouve un début d’après-midi (le 16 novembre précisément) dans une salle de cinéma avec 4 pèlerins à regarder le dernier film américain à gros budget : 2012 ! L’avantage c’est que les dialogues sont suffisamment simples pour comprendre toutes les subtilités en anglais ! Repus des images catastrophiques du film, on se dit qu’au bout d’un moment, tourner en rond, ça saoule. Nous prenons donc la décision de visiter la grande région de Marlborough et de revenir à Blenheim si jamais on a besoin de nos services.

WOW museum18 novembre ; destination Nelson par la Queen Charlotte Scenic Road : petite route magnifique qui serpente le long des pentes raides des falaises qui se jettent sur la côte nord (de l’île du sud !). Ca monte, ça descend, ça tourne et ça retourne mais qu’est-ce que c’est beau ! Tellement, que c’est indescriptible ! (Va falloir imaginer ou regarder des photos). Bref après quelques heures de route, nous arrivons à Nelson plus grande ville du nord ouest (s’il y a 10000 habitants, c’est déjà beau). Visite du centre bourg, de la cathédrale locale, du bijoutier créateur de l’anneau du Seigneur des Anneaux, des jardins fleuris de Queen’s gardens et du WOW. Ce dernier lieu est un musée regroupant une collection de voitures (des premières créations aux dernières sportives) et un défilé de mannequins portant des vêtements improbables (une robe faite de sachets de thé ou bien une autre en carrosserie de voiture américaine). Surprenant !

Nous terminons la journée dans un camping dans les sous-bois au bord d’une charmante rivière. Un lieu idyllique si nous n’avions pas fait la rencontre de nos chères ennemies : les sand flies (mouches des sables) ! C’est petit comme un grain de riz, c’est tout noir, ça pullule, ça s’accroche comme une tique le temps de son méfait, ça pique comme un moustique (et se gorge de sang) et surtout ça démange !!!! (et ce pendant plusieurs jours à s’en gratter jusqu’au sang) … Une charmante bête qui, nous le déclarons haut et fort, est notre ennemi n°1 ici bas !

Kayak dans Abel Tasman NP19 novembre : nous restons sur Nelson pour faire le plein des gardes manger, faire un petit ré-alignement des roues du van, acheter du produit anti sand-flies et visiter le jardin japonais de la ville. Puis nous partons en direction de l’extrême nord ouest de l’île (du sud, on ne le répétera jamais assez). Nous faisons halte à Motueka pour la nuit, aux portes de l’Abel Tasman National Park.

20 novembre : aujourd’hui c’est activité sportive au programme ! Nous nous rendons dans la petite ville de Marahau pour louer un kayak de mer le temps d’une journée. Si vous avez une carte détaillée sous les yeux, nous avons vogué au niveau de Sandy Bay et autour d’Adele et Fisherman Islands. A nous les eaux transparentes d’un bleu vert d’émeraude à tendance turquoise, et des plages désertes où émergent d’énormes rochers. Bref un coin sympathique sur - chanceux que nous sommes - une mer d’huile. Bon, comme d’habitude dans ce beau pays c’est (très) cher mais de (grande) qualité. On a eu droit à un super briefing d’une heure sur la mer et ses dangers et sur le pilotage d’un kayak à gouvernail. Nous sommes revenus de notre expédition sains et saufs, de belles images plein la tête (ainsi que dans l’appareil photo) et une bonne fatigue dans les bras. Et cerise sur le gâteau, un phoque est venu voguer à nos côtés quelques minutes (le temps qu’une mouette lui pique le poisson convoité !). Le soir, c’est camping en front de mer à Kaiteriteri.

Forêt tropicale21 novembre : on attaque une petite route magnifique qui grimpe de 800m et ne compte pas moins de 250 virages. Elle nous conduit de l’autre côté de l’Abel Tasman National Park, vers Golden Bay et le village de Takaka. Pays sauvage mais ô combien magnifique ! Une fois arrivés, nous commençons par la visite de sources qui seraient les plus claires au monde (Pupu Springs) : on ne peut vérifier mais ce qui est sûr c’est que c’est limpide ! On aperçoit les profondeurs de la rivière formant un lac, au travers de couleurs bleues et vertes. En fait faut voir les photos, et encore pas sûr que ça rende réellement ce qu’on y a vu … Le midi nous nous arrêtons à Mussels Inn où nous goûtons aux fameuses moules vertes géantes accompagnées de leur Garlic Bread. Nous partons digérer dans une formation rocheuse exceptionnelle : un rocher de plusieurs dizaines de mètres coupé en deux laisse un passage juste assez étroit pour les piétons que nous sommes. Puis nous terminons par l’Abel Tasman Drive, petite route venteuse qui longe l’océan duquel émergent des rochers. La falaise semble prête à tomber dans les vagues.

Le reste de la journée, nous le passons à rouler. N’ayant toujours pas de nouvelles de nos potentiels employeurs, nous décidons de continuer les visites et nous éloignons peu à peu de la région de Marlborough pour gagner celle située derrière les Alpes du sud (en Nouvelle-Zélande) : la West Coast.

Suite au prochain épisode !

 
6

Nouvelle-Zélande, une autre écosse

Posted by admin on nov 15, 2009 in Tour du monde

Suite de notre récit au pays des kiwi …

Colonne MaoriRotorua
6 novembre, nous nous éveillons dans un énorme camping à l’influence et l’affluence touristique. Ici le touriste est une pompe à fric … Mais le coin vaut le détour. On commence notre journée par un petit tour dans un bassin alimenté par des sources chaudes : 38-40°C. Pour se réveiller tranquillement le matin, il n’y a rien de tel qu’une ville thermale ! Nous bullons quelques longues minutes avant de nous décider à … buller dans le van. Faut l’avouer, à courir sans cesse, prendre quelques heures pour se poser et s’occuper du courrier, de la rédaction du blog, etc. Ben ça fait du bien !

L’après midi, nous le consacrons à la visite de la ville envahie par les odeurs de souffre, car comme à Yellowstone, on trouve ici des geysers (de boue principalement). Outre de nombreux musées à des prix exorbitants, la ville abrite les Government Gardens : petit parc jouxtant l’immense lac Roroturua (du même nom que la ville), peuplé de fleurs et sculptures Maori. Un petit coin sympa à visiter sous un soleil annonçant les premières chaleurs de l’été ! Nos pas nous mènent jusqu’au bord du dit lac où nous en profitons pour observer la faune locale.

Puis nous rentrons au camping sans oublier de faire un petit tour dans la zone commerciale du coin à la recherche des derniers petits trucs pour améliorer le confort du van. Et nous attendons … Nous attendons l’heure de notre RDV ! A 17h50 nous quittons le camping à pieds pour rejoindre Te Pua, une zone située à 10 minutes de là, où nous attend une soirée type “Plongez dans la culture Maori”. A peine arrivés sur place, notre réservation confirmée, que nous nous devons d’attendre dans le magasin de souvenirs avec une 80aine de personnes. Nous flânons entre les rayons jusqu’à l’appel de notre hôte. Celui-ci nous explique le protocole à tenir avec les Maori que nous allons rencontrer dans leur (pseudo) village. C’est ainsi que nous plongeons dans la culture de ce peuple natif de la Nouvelle-Zélande. Après une impressionnante entrée des guerriers Maori simulant la danse d’intimidation à l’approche d’un peuple étranger pénétrant sur leur terre, nous entrons pieds nus à l’intérieur de leur temple. Pendant 1h nous assistons à leurs chants, à leurs danses et à leurs jeux. Bien sûr - tourisme oblige - de temps en temps ils font monter sur scène des groupes “d’étrangers” pour leur enseigner les rudiments du ponpon (apparenté aux bolas) et quelques pas du Haka (danse guerrière que les All Blacks - l’équipe de rugby de NZ - font avant chaque match pour impressionner leurs adversaires).

Passée la partie culturelle, nous attaquons ensuite le côté non moins intéressant du culinaire ! Nous sommes invités à nous répartir sur différentes tables dans une salle très cosy. Nous nous asseyons et faisons la connaissance de nos voisins de tablée (un couple de parisiens en voyage de noces à notre gauche ; un petit air du pays ça fait du bien). Puis nous attaquons le repas pantagruélique fait de spécialités Maori : des produits locaux (moules à l’ail, huîtres, crabes, salades de toute sorte) et de LA spécialité, le Hangi (viande et légumes cuits dans la terre et recouverts de pierres chaudes). Nous dévorons les succulents morceaux de porc, d’agneau et de poulet accompagnés entre autres de patates douces (une patate au sucre !!!). En dessert on a le droit à des mets néo-zélandais dont l’espèce de gâteau à la meringue nappé de fruits : le pavlova.

Pour la digestion, on nous conduit en petit train à l’intérieur du parc attenant au village Maori. La manoeuvre : observer un geyser en irruption en dégustant un chocolat chaud, assis par terre (à s’en brûler les fesses, l’activité terrestre étant très proche de la surface !). Bref une soirée très sympa mais très Club Med ! Fallait bien tester !

Voir les photos de Rotorua.

Mont RuapehuWhagapapa et le lac Taupo
Samedi 7 novembre, on se lève de bonne heure (du moins on essaie) et on retourne dans Rotorua pour voir un petit quartier qui nous avait échappé et qui est typiquement Maori. Le tour du patelin bouclé, on prend la route pour le centre de l’île du nord, vers le lac Taupo. Aujourd’hui et demain sont consacrés à la visite des sites du film le Seigneur des Anneaux qui sont de bonnes excuses pour admirer de beaux paysages loin des sentiers touristiques !

Quelques heures plus tard, à Taupo, on peut voir au loin, de l’autre côté de l’immense étendue d’eau, le mont Ruapehu enneigé - plus haute montagne de NZ culminant à 2700m environ. Le temps de faire le plein de provisions, de carburant et de remplir nos panses, nous partons longer le lac. Notre but est d’atteindre cette montagne où se trouve le petit village de Whagapapa (prononcez Fangapaapa). Ce lieu se trouve au coeur du parc national de Tangarino où se mêlent résineux et feuillus (finis les palmiers et les petites touches exotiques de la rain forest). Mais surtout Whangapapa est le décor du Mordor !!! Il s’agit d’une lande désolée où sévissent des orcs et autres monstres (dans le film uniquement, on vous rassure), et domaine du seigneur Sauron, le chef des méchants pas beaux. On s’y croirait. On vous laisse vérifier par vous même sur nos photos !

Nous reprenons ensuite la route pour un autre petit village situé au sud du parc national. Encore une autre scène du SDA (Seigneur des Anneaux ou LOTR pour la version anglaise) nous attend, mais ce sera pour le lendemain. Pour le moment on campe dans un DOC (genre d’aire de camping comme aux USA, où on se pose et il n’y a que le strict minimum … pour une poignée de centimes d’euros).

Le lendemain donc - 8 novembre - on file à la “piscine de Smégaol”, scène dans le SDA où Gollum attrape un poisson sous les regards de Frodon et Faramir. En fait il s’agit d’un lit d’une rivière où on peut observer de somptueuses chutes et crapahuter parmi les rochers. C’était notre promenade de la journée : une rando de 2h au coeur du parc national Tangarino pour atteindre les chutes Mangawhero Falls tout en traversant des marécages sur un chemin suspendu en bois ! Pareil ! Faut voir les photos !

Puis nous filons car une longue route nous attend. Nous souhaitons arriver à Napier dans la soirée, qui est finalement relativement proche à vol d’oiseau, mais il y a une chaîne de montagne à contourner. Et c’est quelques heures plus tard que nous arriverons à notre destination !

Voir les photos de Whagapapa et du parc Tangarino.

Enseigne dans NapierHawke’s bay et Napier
Le 9 novembre est consacré à la visite de Napier, petite ville détruite par un tremblement de terre dans les années 30 et qui a axé sa reconstruction autour de l’architecture Art Deco : un petit plongeon dans les années folles !

Le plus parlant est de voir les photos !

Voir les photos de Napier.

Forêt de pinsWaitarere & Otaki
10 novembre - Départ de bonne heure pour atteindre la côte sud ouest. Nous débarquons en fin de matinée à Waitere, haut lieu de vacances estivales pour les habitants de Wellington. Outre l’immense plage au sable gris extrêmement fin, on part visiter la forêt attenante, nouveau lieu de tournage du film SDA : nous évoluons maintenant dans une forêt de résineux uniquement, avec dans l’air la bonne odeur iodée de l’océan pour nettoyer nos bronches.

Nous établissons notre campement pour la soirée, dans le camping chrétien d’Otaki. Camping dans lequel il faut se cacher pour boire une petite bière bien méritée après cette journée ! Les lois de la religion … Cela ne nous empêche pas de dévorer d’énormes steaks de boeuf achetés une poignée d’euros ! La viande n’est vraiment pas chère dans ce pays, un vrai plaisir ! (5€ les 500g environ …)

Voir les photos de Waitarere.

RivièreRégion de Wairapapa
Mercredi 11 novembre, on quitte notre camping religieux pour traverser la chaîne de montagnes afin de gagner le sud-est du sud de l’île du nord (vous suivez ?), endroit où plusieurs scènes du SDA ont été tournées ! Bien que nous ayons fait quelques impairs (lieux inaccessibles, lieux où plus rien ne subsiste, route dangereuse, lieu introuvable, …), nous avons fait des balades magnifiques ! Récit d’une journée en “terre du milieu” …

Après avoir traversé la chaîne montagneuse sur une minuscule route (pavée tout de même) qui requiert de la dextérité (rouler sur des éboulements récents …), nous sommes parvenus jusqu’au village de Upper Hutt et le parc Harcourt Park. Armé de notre GPS, sous une pluie fine, nous entrons en Isengard … Dans un merveilleux petit jardin tout fleuri et tout coloré ! Et comble de l’extase (si ! si !) on a retrouvé des traces du tournage dont le chemin qu’emprunte Gandalf pour rencontrer Saroumane ! L’herbe porte encore les stigmates des graviers déposés là pour l’occasion …

Passé notre moment d’extase (puisqu’on vous le dit :P), nous reprenons notre van pour un petit coin situé à quelques kilomètres de là, le Kaitoke regional park, plus connu sous le nom de Rivendell, la cité des elfes et du seigneur Elrond. Nos sandwichs avalés, nous entrons toujours armés du GPS, sur la scène … Bon ici on ne voit rien, mais c’est un très beau parc, mélange de forêt tropicale et de feuillus. Un long pont suspendu nous amuse quelques minutes. Les clichés du lieu dit pris, nous repartons.

Cette fois-ci, c’est la rivière Hutt qui nous intéresse. Elle est un des 4 bouts de la rivière Anduin sur laquelle toute “la communauté de l’anneau” voyage plusieurs jours. Nous concluons la journée par la visite de Pukuera Bay où soit disant aurait eu lieu le tournage de Bad Taste, premier film du réalisateur Peter Jackson (et sa ville natale) : d’immenses falaises vertes se jetant dans l’océan ! Et au pied, dans un renfoncement, un petit village de pêcheurs.

Nous ne sommes plus qu’à quelques kilomètres de Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, située à l’extrême sud de l’île du nord. Les 2 prochains jours sont dédiés à sa visite ainsi q’à d’autres lieux de tournage du SDA qui ont eu lieu dans la ville elle-même. Pour le soir, nous nous arrêtons à Porirua qui propose le transport en commun jusqu’à la capitale. Du coup on va laisser le van la journée jusqu’au jour de la traversée du détroit entre les 2 îles, prévue le 14 novembre.

Voir les photos de Wairapapa.

Rue de WellingtonWellington, capitale de la NZ
Le 12 et 13 novembre nous nous rendons à Wellington par la voie ferroviaire. Cette capitale est une petite ville pleine de charme, encaissée entre quelques monts. Elle est la dernière ville du sud de l’île du Nord, elle est donc au bord de l’océan, entourée par le détroit nommé Cook Strait qui sépare les 2 îles.

Première journée, nous nous éveillons frigorifiés … Un retour en hiver plutôt désagréable ! Cela ne nous empêche pas de gagner la capitale pour commencer par un Sushi bar avant de filer au mont Victoria : montagne au nord de la ville où des scènes du SDA ont été tournées mais surtout qui offre une vue splendide sur la baie de Wellington. Quelques heures plus tard, après avoir monté et descendu le fameux mont, nous retournons sur le port où se trouve Te Papa : musée de l’histoire néo-zélandaise ; reprenant l’histoire des Maori avec de nombreux objets à observer, jusqu’à la colonisation puis l’époque actuelle. Hormis d’immenses pirogues très finement décorées, on a testé un tremblement de terre dans une maison sur verrins, afin de ressentir les effets dévastateurs de la catastrophe des années 1930. C’est impressionnant. Mais nous devons rentrer et nous mettre en quête … d’un petit chauffage d’appoint pour contrer les froideurs de l’hiver (en plein printemps …) ce qui va nous prendre beaucoup de temps puisque ce n’est plus la saison des chauffages. Mais heureusement la persévérance va nous offrir notre nouveau compagnon de route (soldé à 50% - hors saison oblige) et nous promettre une nuit bien chaude !

La seconde journée, nous nous éveillons au chaud bien que la température extérieure soit fraîche (environ 10°C). Nous retournons aujourd’hui à Wellington pour continuer la visite de la ville. Nous commençons la journée par la visite de la maison de naissance de l’écrivaine Katherine Mansfield dont l’intérieur a été reproduit avec exactitude : on se croirait à la fin du 19ème siècle ! Sur le chemin du retour vers le centre ville (nous nous étions éloignés), nous visitons deux églises au style complètement différent : la première toute en bois et la seconde ultra moderne. Nous continuons notre chemin jusqu’aux bâtiments impressionnants du gouvernement avant de prendre un cable car qui va nous mener en haut d’une petite colline. Tout en haut nous nous retrouvons au coeur d’un jardin des plantes, le Botanic Garden. Nous décidons de descendre à pieds tout en profitant de la multitude d’espèces d’arbres et de fleurs vivant dans ce petit parc. Nous terminons par la visite du lady Norwood rose garden où s’affichent dans leur plus bel apparat des roses de toutes les couleurs.

Voir les photos de Wellington.

Embarquement dans le ferryTraversée de Cook Strait
Aujourd’hui samedi 14 novembre, nous nous levons de bonne heure afin de nous présenter suffisamment tôt au comptoir de Bluebridge, la compagnie de ferry qui va nous faire traverser le Cook Strait (détroit de Cook en français). 3h30 de voyage sur une mer quelque peu agîtée mais tout se passera bien. Aucun malade parmi vos voyageurs préférés !

Nous sommes maintenant au nord de l’île du sud, dans un tout petit village nommé Spring Creek mais qui semble prometteur pour l’emploi dans les vignes … (à consommer avec modération ;))

 
4

Voyage au pays des Kiwi

Posted by admin on nov 6, 2009 in Tour du monde

Ils sont vivants ! Ouf !
Désolés pour ce long silence, mais les connexions internet ne sont pas courantes (et pas forcément bon marché) et il faut avouer qu’on a d’autres occupations (si ! si !) … Bref nous allons bien et sommes bien arrivés au pays des Kiwi (nom des habitants, mais également nom du fruit qui est produit en masse dans les campagnes néo-zélandaises et aussi le nom d’un oiseau qui ne vit qu’ici ! Dès qu’on arrive à en prendre un en photo, on vous montre !). Pour info nous sommes dans l’île du nord, le pays étant découpé en 2 parties. Maintenant revenons sur ces derniers jours de notre vie à la kiwi …

AucklandAuckland
Voir les photos d’Auckland.
Nous avons atterri à Auckland le 25 octobre après 1 semaine de vacances sur les îles Cook. Nous déposons nos paquets dans une auberge de jeunesse dans le quartier résidentiel du Mount Eden, à l’ombre d’une énorme colline verdoyante qui est en fait un ancien volcan qui s’élève en plein milieu des maisons. Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, nous partons visiter la ville d’Auckland ; la plus peuplée du pays (1 millions d’habitants ; en gros Nantes et son agglomération). Premiers constats : c’est vert et humide (bah oui, il pleut ! On ne peut pas avoir une belle pelouse avec une canicule !!!). Ca ressemble énormément à l’Angleterre, si ce n’est les maisons qui ont une architecture plus américaine.

Le centre ville est assez petit et se résume à une grande artère où se coincent des centaines de petites boutiques en tout genre, tenues pour la plupart par des asiatiques. D’ailleurs on profite de la pause déjeuner pour tester un bar à sushi (eh oui ! encore !). Et il y a le choix, et la qualité à un prix très raisonnable ! On file faire un tour au pied de l’immense tour pointue (la Sky Tower), symbole de la ville, avant de visiter le parc Albert où de majestueux arbres affichent leur tronc noueux et torturé. Puis on fait une halte à la galerie de peinture d’une illustre artiste locale (que nous ne connaissons pas, évidemment :P). Repus de ces visites culturelles, nos pas nous mènent au Backpacker Car Market, endroit où l’on peut acquérir des vans, car - il faut le dire - nos différentes réflexions sur les moyens de transport en NZ ont rejoint une habitude courante ici : on achète un van, on parcours le pays puis on le revend. Après l’inspection de quelques engins plus ou moins miteux, on est bien sûr intéressés par le plus potable (et donc le plus cher). Après quelques moments d’hésitation, on commande une inspection mécanique qui sera faite pour le lendemain (bah oui, faut pas acheter un truc qui sera en panne au premier kilomètre parcouru) et puis ça nous permet de le réserver tout en se laissant le temps de la réflexion.

De retour dans noter logis, on passe quelques coups de fil à d’autres vendeurs potentiels de van. L’un d’entre eux se propose de nous en montrer un le soir même. Ce van était trop petit à notre goût, mais lors de l’essayage, nous avons gravi la raide pente du Mount Eden. C’est ainsi que nous avons visité cet ancien cratère à la tombée de la nuit. Celui-ci offre une magnifique vue sur la ville d’Auckland, toute éclairée pour l’occasion !

Le lendemain nous retournons en ville pour un aspect pratique cette fois-ci : nous avons ouvert un compte en banque pour recevoir l’argent de nos futurs employeurs (car nous comptons travailler quelques temps dans ce pays, nos visa Working Holyday le permettant). Puis nous avons fait une demande d’IRD (identifiant pour les impôts sur les revenus ; obligatoire pour travailler). Et enfin nous sommes retournés au Backpacker Car Market pour voir le résultat de l’inspection mécanique. Après de longues hésitations (pas facile d’acheter un véhicule quand on est à l’étranger et qu’on ne connaît rien aux pratiques locales), nous décidons de le prendre. Il sera prêt le lendemain ! (quelques réglages à faire suite au contrôle mécanique, à la charge du vendeur heureusement !)

Nous en avons profité pour changer d’auberge de jeunesse (plus de place dispo dans l’autre). Nous sommes maintenant en plein coeur du centre ville. Nous nous couchons de bonne heure car le lendemain nous devons réunir l’argent pour payer le van : chose impossible d’après la vendeuse, car avec les banques françaises ça prend toujours beaucoup de temps … 1 semaine !? Qu’à cela ne tienne, on prend le pari, si on ne réunit pas l’argent en 24h on lui offre des fleurs sinon c’est elle nous achète des muffins ! Et le lendemain nous voilà partis en guerre pour récupérer nos précieux sous bien présents sur nos comptes français, mais si dur à faire voyager … Heureusement que la veille au soir (tard du fait du décalage horaire) l’appel à nos banques a pu aider le processus ! Nous avons la somme ! Et c’est avec joie que nous prévenons que le pari est gagné ! Cependant, dans le doute, nous avions pris une seconde nuit dans l’auberge de jeunesse et ce n’est que le lendemain que nous irons chercher le van. Le soir nous fêtons ça en dinant dans un petit resto asiatique succulent (et pas cher, car ici la nourriture est quasi donnée !).

C’est au matin du 29 octobre que nous récupérons notre van … Il a fallut réclamer nos muffins (soit disant prêts la veille mais mal odorants au petit matin) et c’est le ventre plein de ces petits cakes que nous quittons Auckland …

Notre Kiwi vanLe Kiwi van
Avant de continuer la suite du récit de nos aventures, nous souhaitons vous présenter le Kiwi Van comme nous l’appelons ! Il s’agit d’un Toyota Hiace de 2000 version longue (avec un moteur de 2,4L essence pour les spécialistes). Hormis son côté peint, on y trouve à l’intérieur une petite cuisine avec lavabo, et un coin banquettes/table convertible en grand lit ! Tout ce qu’il nous faut pour vivre et voyager en Nouvelle-Zélande (et même sous la pluie !). On vous laisse admirer la bête … Voir plus de photos du van.

NorthlandNorthland et Bay of Islands
Voir les photos du Northland.
Reprenons le cours de notre histoire … Nous sommes le 29 octobre, et nous venons de prendre en main note van. Nous décidons de partir explorer le nord du pays, c’est à dire le petit bout de terre au dessus d’Auckland qu’on appelle Northland ; direction : Whangarei ! En route, Elodie est intéressée par la visite d’un Pa (ancienne forteresse Maori). Nous voilà donc partis sur une gravel road (chemin de gravier, très fréquent ici, à croire qu’ils n’ont pas les moyens de tout paver :P). Bien sûr on pourrait croire que c’est un petit chemin tranquille, mais ici il y a des montagnes partout et la piste n’est pas plate, loin de là ! C’est après 30 minutes de sueurs froides (le contrebas situé à plusieurs dizaines de mètre, ça fait peur dans un van sur un petit chemin de graviers) que nous arrivons au fameux site … Qui n’est en fait qu’une immense pelouse qui garde vaguement les stigmates d’un carré, trace d’un soi-disant fort … Et nous voilà repartis sur notre gravel road pour reprendre la route de notre destination initiale … Que d’aventures !

Nous arrivons enfin à Whangarei, situé dans la Bay of Islands. Une immense étendue d’eau s’offre à nous : l’océan Pacifique ; de hautes montagnes émergent de l’eau, formant de petites îles dans toute la baie. Après avoir cherché un endroit où dormir, nous posons notre van sur un parking, face à la baie. Nous nous endormons bercés par le ressac des vagues.

Le lendemain nous nous réveillons face au spectacle de la veille : c’est magnifique ! Maintenant il nous faut continuer notre périple, c’est à dire partir dans le sud, retraverser Auckland. Nous profitons de cette immense ville pour faire quelques emplettes dans le but d’améliorer le van : aliments, bouteille de gaz, réchaud, draps et autres bricoles. Puis nous reprenons notre route vers le sud. Le soir nous faisons halte au bord d’un lac, dérangés en pleine nuit par des jeunes embués d’alcool qui s’amusaient à chanter à tue-tête. Ah … les sorties de boîtes ….

sortie des Waitomo CavesWaitomo Caves
Voir les photos de Waitomo Caves.
31 octobre : aujourd’hui direction un site qu’il ne faut pas rater en Nouvelle Zélande : les grottes de Waitomo ! Nous traversons la ville de Hamilton et Cambridge avant d’arriver dans ce lieu magique. A noter : bien que la nourriture soit bon marché, il n’en est pas de même pour les visites. Ils en profitent grave ! Après avoir déboursé 80$, nous plongeons dans le coeur de la montagne. Aujourd’hui c’est activité spéléo ! Notre guide nous mène dans des cavités où émergent stalagmites et stalactites de toute part. Nous nous promenons ainsi quelques minutes avant d’arriver à un embarcadère caché dans la pénombre. La suite de la visite se fait en barque et dans le noir, car dans ces grottes se cachent les Glow Worms. Ce sont des vers comparables à nos vers luisants, et ils illuminent les cavités ! Imaginez observer le ciel dans les profondeurs d’une grotte … Une toile constellée de points verts fluorescents, et vous, tout simplement installés dans une barque … Un lieu incroyable !

De retour à l’extérieur, nous prenons notre Kiwi van et partons à Te Aeru. Dans ce village, l’office de tourisme se trouve dans les carcasses métalliques d’un chien de berger et d’un mouton … Il en faut pour tous les goûts ! Enfin bref, renseignement pris - nous cherchions un coin où dormir autour de ce patelin situé à bonne distance de nos points d’intérêts - nous suivons les indications jusqu’à Okoroire. Nous nous arrêtons devant l’hôtel du village où se sont réunis une vingtaine de bikers pour partager un week-end entre amis. Nous parlons d’hôtel, mais celui-ci possède une aire de camping, et quel endroit ! Sur une moquette verte, nous posons notre van. Nos seuls voisins : un couple âgé en caravane qui nous parlent de leur pays, la Nouvelle-Zélande. En bruit de fond, des cascades non loin de là. Un vrai petit paradis, ce camping, avec tout le confort (toilettes, douches chaudes, prise électrique, etc.) pour 20$ seulement (10€ la nuit). A noter également la présence de sources chaudes (mais a priori c’est une spécialité du pays entier car nous en trouverons tout le long de notre chemin !)

La maison de FrodonHobbiton
Voir les photos de Hobbiton.
Après une nuit au calme (sans ado éméchés pour nous réveiller), nous quittons notre joli petit camping pour un arrêt important dans notre périple au pays des Kiwi : la ville de Matamata ; qui propose la visite de Hobbiton !!! Mais qu’est-ce que c’est que ça ??? Le film Le Seigneur des Anneaux (d’après l’oeuvre de Tolkien) a été tourné en Nouvelle Zélande par Peter Jackson. Des scènes filmées il ne reste que le village des Hobbits qui a été en partie préservé : Hobbiton ou Cul-de-sac pour les connaisseurs.

Les billets pris (120$ ! Chère la culture ici …), nous prenons le minibus qui nous mène pour les 2 prochaines heures, au coeur de la campagne, sur le lieu du tournage. Nous entrons dans une ferme privée où évoluent des milliers de moutons parmi des collines verdoyantes (on dirait vraiment de la moquette !). Et au détour d’un versant, nous arrivons enfin au coeur du village hobbit. Avec les explications de notre guide, nous marchons sur les traces des acteurs du SDA. Mais mieux que de longues explications, on vous encourage à aller voir les photos ! A noter que nous avons pu observer quelques éléments du futur film - Bilbo le hobbit - qui va être prochainement tourné. La visite terminée, le guide fait un détour par la ferme des propriétaires où nous assistons à une démonstration de tonte de mouton. En prime Elodie donne le biberon à un petit agneau de quelques semaines.

Une fois notre van rejoint, nous partons vers Bay of Plenty et les villes de Tauranga et Te Puke pour des choses beaucoup plus sérieuses : le travail ! Nous débarquons dans une auberge de jeunesse qui accepte les vans pour un prix exorbitant et sans facilités … Ca fera notre affaire pour la nuit. Ainsi se termine notre 1er novembre !

Bay of plentyBay of Plenty
Voir les photos de Bey of plenty.
Du 2 au 4 novembre : recherche de travail au pays du Kiwi (première région productrice de kiwis au monde !!!) ; ainsi se résume notre périple à Bay of Plenty. Il est temps pour nous de trouver un emploi pour limiter les frais de notre voyage autour du monde. Nous démarchons le PickNZ local (genre d’ANPE pour l’horticulture), les journaux et leurs petites annonces et les sites internet. Malheureusement c’est un des hivers les plus froid qu’ait connu le pays et les travaux dans les kiwis et les avocats sont repoussés à la mi-novembre ; ce qui ne cadre pas avec notre emploi du temps ! On a bien une piste pour la cueillette de fleurs mais en tant que réservistes. Pendant ce temps, paraît que dans l’île du sud y a du boulot dans les vignes et les pommes et d’ici la mi-novembre il y aura encore plus de travail.

Le temps de la réflexion on décide de visiter un peu le coin (et de changer de camping par la même occasion) : on monte dans la tranche de kiwi géante, on marche sur la plage, etc. Puis on en profite pour acheter les petits trucs qui nous font défaut dans le van. Bastien - amoureux des trucs électroniques devant l’éternel - investit dans une prise de courant pour camping et dans un transformateur 12v/240v pour avoir le courant lorsqu’on roule ! Pour Elodie, c’est un toaster … On ajoute quelques boîtes de rangement et nous voilà dans un van complet pour affronter les mois de novembre et décembre (qui correspondent ici à la fin du printemps et début de l’été ! On pense à vous qui êtes dans le coeur de l’automne ! Ca doit être dur … :P).

Après avoir lancé quelques perches vers des employeurs dans l’île du sud (et reçu des réponses encourageantes), il apparaît clairement que nous devons changer d’île d’ici 10 jours. Ca nous laisse juste le temps de visiter la partie nord avant la traversée en ferry. Le boulot ça sera pour un peu plus tard ! Nous quittons donc Bay of Plenty pour la péninsule de Coromandel.

CoromandelCoromandel Peninsula
Voir les photos de Coromandel.
Nous repartons donc dans la direction d’Auckland (mais on s’arrête avant !) pour pénétrer dans le bras de terre qui s’enfonce dans l’océan et qu’on nomme Péninsule de Coromandel. C’est montagneux, c’est tortueux mais qu’est-ce que c’est beau ! De petits villages de pêche se sont créés sur les quelques bouts de terre plats, aux pieds des montagnes. Sinon ce n’est que de la rain forest (forêt tropicale) et une route sinueuse qui fait le tour de la péninsule. On s’arrête dans un petit village dont le nom nous a échappé (pas facile à retenir les noms maori … P’têt Whangapa ou un truc du genre). On en profite pour s’acheter d’énormes morceaux d’agneaux pour quelques euros. Bref on en profite !

Le lendemain - le 5 novembre - nous nous levons sous une pluie fine et un long nuage blanc. Nous continuons notre périple dans la péninsule mais la vue est souvent bouchée, et parfois on est carrément dans le nuage (on dirait bien qu’il n’y en a qu’un seul) ! On s’arrête dans la ville de Coromandel où nous avions planifié un voyage en petit train mais vu le temps, ça ne vaut pas le coup. On se contente du charme des maisons avec les fresques en bois qui ornent leurs gouttières, et d’un véritable fish’n chips servi dans du papier journal (frites et poissons panés maison … Pas très bon pour la ligne, mais délicieux en bouche). La digestion entamée, nous repartons en longeant la côte ouest de la péninsule. Toujours autant de pluie et le nuage toujours présent ne nous empêchent pas de deviner la beauté de l’endroit.

Enfin nous quittons les lieux pour Rotorua, immense lac au centre de l’île du nord. On y trouverait une copie de Yellowstone avec des geysers qui embaument la ville de souffre, et surtout la culture Maori que nous n’avons pas encore vue (hormis quelques lieux de rassemblement ici et là et des maoris croisés au hasard de nos périples). Suite dans nos prochains aventures !

Copyright © 2019 (wa)wash ‘n blog All rights reserved. Theme by Laptop Geek.