7 jours au paradis

Posted by admin on oct 24, 2009 in Tour du monde |

PlageMISE A JOUR : les photos des Cook Islands sont disponibles !

Petit résumé de notre séjour sur les îles Cook du 16 au 24 octobre … Au passage nous souhaitions émettre un Erratum sur l’article au sujet du Grand Canyon : ce n’est pas 93,3 m de dénivelé que nous avons dû affronter, mais 933 m. Vous aurez corrigé de vous même ! Maintenant revenons aux Cook Islands ; journal de bord :

Jour 0 - Après 4h de vol dans de fortes turbulences, nous atterrissons de nuit sur l’île principale de Rarotonga. Il est 20h heure locale. Descendus de l’avion, nous attendons nos bagages, accompagnés du son d’un yukulele d’un musicien local. A la sortie de l’aéroport, notre chauffeur nous saute dessus : vu qu’il fait nuit, le service normal de bus et shuttle ne fonctionne plus. La propriétaire de la maison d’hôte dans laquelle nous allons séjourner à donc commandité les services d’un chauffeur privé. A peine sortis que nous sommes déjà dans la camionnette en direction de l’est de l’île, vers le lagon de Muri. Elodie s’est rendue compte trop tard que des colliers de fleurs étaient offerts aux nouveaux arrivants. 20 minutes passent sans qu’on ne devine quoi que ce soit de ce petit bout de terre perdu en plein milieu du Pacifique, entre la Polynésie française et les Fidji. Nous arrivons enfin à notre destination. Un mot nous attend nous indiquant notre numéro de chambre. Nous nous installons puis dormons …

Jour 1 - Levés à l’aube, nous prenons la mesure de l’endroit où nous nous trouvons : des cocotiers, arbres à fruits de la passion, bananiers, fleurs exotiques nous accueillent dans le petit jardinet de la guesthouse. Nous filons directement à la plage située à une 20aine de mètres : c’est comme dans les films ! Une immense étendue sableuse d’un jaune pâle s’allonge sur plusieurs kilomètres. Des cocotiers lourdement chargés de leur progéniture (appelée noix de coco) ploient vers l’océan. Et l’eau … Transparente et d’un bleu turquoise … Une véritable piscine ! Au loin on aperçoit la limite de la barrière de corail où s’écrasent lourdement les vagues de l’océan, protégeant les eaux calmes du lagon. Nous entamons une petite balade au soleil levant sur ce havre de paix. On distingue dans l’eau de petits poissons multicolores. Bastien se met en quête de sa première noix de coco “entière” (car la noix que nous trouvons au supermarché n’est en fait que le noyau d’une énorme coque remplie de fibres). Une fois trouvée - ce n’est pas ce qui manque ici - impossible de l’ouvrir à main nue. Heureusement la rencontre fortuite d’un anglais qui a élu domicile sur l’île va nous sauver ! Son chien est passé maître dans l’ouverture de la noix de coco. A peine le temps de discuter que le chien laisse là notre trésor : la noix de coco (tel qu’on peut l’acheter donc). Après avoir reçu les explications sur la façon d’ouvrir la noix, nous rentrons l’ouvrir à la guesthouse. Le petit déjeuner sur la terrasse en teck sera composé de jus de noix de coco et de sa chaire aux vertues - renseignements pris sur internet - importantes (fer, zinc, cuivre, magnésium, etc.).

ChambreMaintenant que nous avons exploré le lagon, passons à l’île entière : un cercle d’un périmètre de 32 kms, une unique route qui en fait le tour et d’anciens volcans en son centre, habités par une nature luxuriante. Les plages sont toutes de sable vêtues, avec parfois des zones rocheuses faites de pierres de lave noire. Pour nous déplacer et faire les courses, la décision est prise de louer un scooter pour la durée de notre séjour (la plupart des gens se déplacent avec ce moyen de locomotion, la voiture étant assez rare). Le reste de la journée s’est donc déroulé comme suit : pause déjeuner au Kai Kai Time où d’excellents hamburgers à la betterave sont servis (beetroot in English) - sans doute des relents de nos habitudes américaines ; puis location du scooter et direction le supermarché du coin ; et enfin retour à la plage pour passer le reste de la journée à bronzer, nager et farnienter.

Jour 2 - Après le petit déjeuner, nous retournons sur la plage - activité principale du coin vous l’aurez compris. Aujourd’hui on s’essaie au snorkelling (”Qui, qui, qui, sont les snorky ?”) : mettez un tuba, un masque et des chaussures et vous êtes parés pour snorkeller ! La faune aquatique est impressionnante, on croirait nager en plein aquarium d’eau chaude : des poissons jaunes, rouges, marrons avec des rayures fluos, etc. Il y en a de toutes les couleurs et de toutes les formes. Regardez le film Nemo de Walt Disney et vous verrez avec qui on a nagé ! Attention, les chaussures sont obligatoires (ou les palmes) car hormis les oursins, il y aussi des poissons porc-épic (ils gonflent et font apparaître des épines quand on s’approche trop près d’eux).

Nous coupons notre activité plage par une balade en scooter pour faire le tour de l’île entièrement (soit les 32 kms si vous avez suivi). On a remarqué au passage la présence d’un bateau de Greenpeace qui tient une conférence sur la préservation des milieux aquatiques. Et ajoutons la baleine que nous avons aperçue dans les flots de l’océan ! D’ailleurs - en fait ça n’a rien à voir - on ne vous a pas présenté la météo locale : 25°C toute la journée avec un taux d’humidité supérieur à 60% (en gros : il fait chaud !), un soleil radieux et une eau à la température de la Méditerranée (on s’y met facilement et on peut y rester des heures).

La fin de la journée s’est terminée à la plage (surprise !) pour baignade et cueillette de noix de coco. A ce propos, si vous n’avez pas de chien sous la main pour ouvrir votre noix, un rocher à l’arrête tranchante fera l’affaire (ou un pieux planté dans le sol - c’est la solution des locaux).

FleurJour 3 - La suite du récit va se raccourcir puisque nous ne souhaiterions pas lasser nos lecteurs. Ce jour là nous avons, pour résumer : nagé, snorkelé, bronzé, cueilli des noix de coco, etc. En prime nous nous sommes offert le luxe d’acheter d’énormes parts de poissons pour rien du tout ; au menu : Mahi mahi ! Et n’oublions pas la petite sieste après le déjeuner pour recouvrer des forces !

Jour 4 - Afin de casser la routine (si on peut s’exprimer ainsi, car on ne s’ennuie pas du tout), nous prenons la décision de louer un canoë de mer pour la journée. On vous passe les détails sur la natation et le snorkeling depuis le canoë (ressemblant énormément à ces mêmes activités depuis la plage), nous en avons profité pour approcher la fameuse barrière de corail où viennent s’échouer les vagues de l’océan. Bien qu’on ne peut voir celle-ci directement sans plonger, nous avons marché sur l’espèce de ceinture qui entoure l’île, faite de coraux morts. Au niveau faune, on en a eu pour notre fatigue (faut ramer …) car de nouveaux poissons se sont offerts à nos masques, et même certains se sont amusés à jouer les poissons volants, en banc ! Nous en avons profité pour explorer 2 petits îlots perdus dans le lagon et se prendre pour quelques instants pour 2 robinsons perdus en plein Pacifique.

Jour 5 - Journée sous le signe du repos (oh ! quel changement !). Nous avons également testé dans nos assiettes 2 autres poissons (dont les noms nous ont échappé) : excellent, énorme et pas cher !

Vu que ce jour est peu rempli, parlons de notre sentiment à propos de l’île et de ces habitants. Bien que nous n’ayons pas les moyens de comparer, nous imaginons facilement que Rarotonga est une île qu’on qualifierait de paradisiaque mais avec un côté populaire, sans ce côté friqué avec des chaînes hôtelières à défigurer le paysage et la côte. Les gens sont simples et la vie est peu chère ! Un paradis !

Jour 6 - Premier jour couvert … La pluie va s’inviter toute la journée et nous allons avoir une sensation de chaud humide. Le programme du jour est une randonnée dans le coeur de l’île : balade de 3h30 aller-retour jusqu’à un des plus haut sommets. Equipé d’un bouquin local expert en la matière, nous partons à l’aventure : 2 km et 400m de dénivelé. Nous marchons depuis quelques temps dans une véritable jungle, entourés de lianes, cocotiers et multitudes d’autres arbres étranges et inconnus. Alors que nous progressons, nous nous rendons compte que nous avons loupé le bon chemin. Après l’avoir cherché, en effet nous l’avions raté et pour cause … Ici pas de GR entretenu … Il nous faut une machette pour continuer notre rando. N’étant pas équipés pour, nous rebroussons chemin déçus de ne pas avoir réussi à monter en haut du sommet et pouvoir ainsi voir notre île du ciel …

La pluie nous accompagne pour notre retour, et la frustration aidant, nous décidons d’aller acheter une perle pour Elodie. Car ici est cultivée la perle noire des îles Cook. Tels 2 experts devant un morceau de soie blanche protégeant quelques perles, nous faisons notre choix avec minutie. Cette perle parera la demoiselle ! Quel beau cadeau pour sa fête !!

Jour 7 - Dernier jour en ce lieu paradisiaque … Le midi on s’offre un poisson local, l’après midi c’est plage avec les activités habituelles (le soleil est revenu) et le soir c’est restaurant. Ajoutons tout de même la grande présence de moustiques tout le long de notre séjour, et qui n’aiment que la chaire française … Demain, retour au pays des kiwis, à Auckland en Nouvelle-Zélande, et là, fini de rire, il va falloir se mettre à bosser !

Nous serons en Nouvelle Zélande à partir du 26 octobre et vous pourrez nous joindre sur le numéro de portable suivant : 0211648200 ; n’oubliez pas de faire le double 0 suivi de l’indicatif du pays +64 ; soit au final 00 64 211648200. Pour les tarifs des appels, je ne les connais pas, à vérifier auprès de votre opérateur téléphonique !

1 Comment

christophe et sandrine
oct 24, 2009 at 20:05

VOTRE REPORTAGE ENSOLEILLE NOTRE QUOTIDIEN QUI EST AUJOURD’HUI TOUT GRIS EST HUMIDE.
CE SOIR NOUS CHANGEONS D’HEURE.
NOUS PASSONS A L’HEURE D’HIVER PENDANT QUE D’AUTRES SONT EN MAILLOT DE BAIN!!!!!

GROS BISOUS
SANDRINE ET SA TRIBU


 

Reply

Copyright © 2019 (wa)wash ‘n blog All rights reserved. Theme by Laptop Geek.